La Ferme-Moore : un domaine agricole unique à Gatineau

Le domaine de la Ferme-Moore est situé sur le boulevard Alexandre-Taché, dans le secteur Hull, à Gatineau. Cette grande propriété de 12 hectares (30 acres) en bordure du parc de la Gatineau s’avère un site unique pour l’histoire et le patrimoine agricole de Gatineau et de l’Outaouais. En fait, la Ferme-Moore demeure la seule propriété domaniale du XIXe siècle encore pratiquement intact dans la ville.

Le domaine de verdure situé en partie sur une colline comprend quatre édifices. Il s’agit de la magnifique écurie érigée vers 1909-1910, de l’ancienne étable construite vers 1953, de la maison du régisseur construite en 1957 et d’un dernier bâtiment très rare en Outaouais. Il s’agit de la glacière qui est bâtie entre 1925 et 1928. Des fouilles archéologiques ont aussi permis de retrouver les fondations en pierre du chalet Broadview érigé vers 1910 et détruit par le feu en 1956.

Une longue histoire

L’histoire du site remonte au début du XIXe siècle. Elle est liée de 1824 à 1872 aux premiers établissements de la famille de Philemon Wright, le fondateur du canton de Hull en 1800. Par la suite, la ferme qui connaît plusieurs propriétaires évolue progressivement afin de devenir un domaine équestre au milieu du XXe siècle.

En 1951, Virginia Parker-Moore et son mari achètent de la famille Slater le domaine campagnard. En 1973, Mme Parker-Moore lègue la propriété et ses bâtiments au gouvernement du Canada, par l’entremise de la Commission de la capitale nationale. Mme Parker-Moore, la fille du fondateur des célèbres stylos et plumes Parker, souhaite que son domaine champêtre soit « utilisé et exploité principalement à des fins récréatives pour en faire un parc. »

Le patrimoine agricole au coeur de la ville (Photo: Yves Lusignan)

Difficile reconversion

Le souhait de la donatrice ne se réalisera toutefois pas du jour au lendemain. Heureusement, la Commission de la capitale nationale (CCN) rejette les offres des entrepreneurs qui envisagent d’y construire des maisons sur le vaste domaine et opte plutôt de protéger la majeure partie des espaces de verdure. De plus, à la suite des demandes des associations de résidents et de la Société d’histoire de l’Outaouais, elle entreprend d’importants travaux entre 2005 et 2007 pour préserver l’écurie et le manège. L’année suivante, elle réalise une étude historique et analyse les vocations potentielles de la Ferme-Moore. Par la suite, la CCN fait un appel de propositions pour trouver un locataire susceptible de remettre en valeur les bâtiments et les terrains.

Par ailleurs, la CCN effectue en 2010 des travaux afin de continuer de mettre le domaine en valeur et surtout le rendre accessible au public. Malgré tous ces efforts, la propriété trouve difficilement un locataire et ce n’est qu’en 2015 que la CCN annonce que la Coopérative de solidarité de la Ferme-Moore va enfin occuper la magnifique écurie patrimoniale de style Queen-Anne et mettre en valeur les terrains.

Accessible à la population

Grâce à cette entente, les bâtiments et le site de la Ferme-Moore sont enfin accessibles au grand public. Malheureusement, la mise en valeur ne dure pas longtemps. La Coopérative ferme définitivement ses portes le 1er novembre 2018. L’organisme éprouvait déjà des problèmes financiers et avait cessé temporairement ses activités à l’hiver. Seuls les ruches et les jardins communautaires survivent à l’arrière des bâtiments. Cela dit, les sentiers pittoresques demeurent accessibles aux promeneurs.

À l’automne 2019, les Productions Quoi, dirigées par l’ancien animateur de radio Daniel Séguin, soumet à la CCN un projet de programmation pour la Ferme-Moore sous le thème de l’environnement, l’histoire et l’agriculture.

Par Michel Prévost, D.U. président de la Société d’histoire de l’Outaouais